Article en vedette
Article en vedette

Nourrir toute une vie de participation

Une nouvelle étude sur la participation sportive des filles et des femmes

Afin de créer et de promouvoir des milieux sportifs équitables, il faut d’abord mettre en lumière les écarts qui subsistent entre les sexes dans le domaine du sport au Canada. Voilà pourquoi nous avons collaboré avec l’Association canadienne pour l’avancement des femmes du sport et de l’activité physique (ACAFS) pour mettre de l’avant le rapport de recherche suivant, sur les obstacles que rencontrent les femmes et les filles dans le sport. 

Pour voir un aperçu du rapport, visionnez la vidéo:

Téléchargez le rapport pour en savoir davantage : 

Rapport – version complète (PDF, 2,92 Mo)
Rapport – version courte (PDF, 2,75 Mo)
Infographie (PDF, 3.52 Mo)

Éliminer les obstacles

Les constats sont frappants : 41 % des filles de 3 à 17 ans ne font pas de sport – et cette proportion passe à 84 % chez les femmes adultes.

« En tant que membres actifs de leur communauté et ayant à cœur la promotion des saines habitudes de vie, les Producteurs laitiers canadiens ont décidé de s’attaquer à cette inégalité au moyen de l’initiative Nourrir la passion du sport féminin, explique Caroline Emond, directrice générale des Producteurs laitiers du Canada. La publication de ce rapport permettra non seulement d’aborder des enjeux sociaux pertinents, mais aussi de faire un important pas en avant en proposant des solutions concrètes et en favorisant la réflexion de chacun sur les gestes à poser au quotidien pour changer la situation. »

Financée par les Producteurs laitiers canadiens dans le cadre de l’initiative Nourrir la passion du sport féminin, cette étude allie des données et de la recherche issues de revues scientifiques et d’articles révisés par les pairs à de la recherche originale réalisée au moyen d’enquêtes nationales et d’analyses de quatre années de couverture médiatique du sport féminin.

En analysant quelque 35 000 heures de programmation télévisuelle diffusées en 2014, le rapport permet de conclure que seulement 4 % de cette couverture décrivait des événements sportifs féminins, et que plus de la moitié de cette proportion touchait des événements de tennis professionnel féminins ou les Jeux olympiques de Sotchi. Mais ce n’est pas tout. Les femmes sont largement sous-représentées aux échelons supérieurs de la direction des organismes nationaux et multisports.

Seulement 24 % des postes de directeurs athlétiques et 17 % de ceux d’entraîneurs en chef de l’association Sport interuniversitaire canadien sont occupés par des femmes.

Guylaine Demers, professeure titulaire à la Faculté des sciences de l’éducation, Département d’éducation physique de l’Université Laval, ajoute pour sa part que : « Ces nouvelles données propres au Canada seront très utiles pour passer à l’action, donner suite à ces conclusions et stimuler des discussions qui mèneront à des changements. » 

Vous souhaitez vous joindre à la discussion? Suivez-nous sur TwitterInstagram et YouTube pour nourrir la passion du sport féminin.